Article / 30 oct, 2017
Une pirogue des Fidji, symbole de résilience et d’unité, exposée à la COP23

Une pirogue traditionnelle fidjienne, appelée drua, va faire office d’emblème de résilience et d’unité pour la conférence de l’ONU sur le changement climatique à Bonn (COP23, du 6 au 17 novembre).

Pirogue de haute mer à double coque, cette drua a été construite aux îles Fidji il y a trois ans. Les Fidji président la Conférence de l’ONU sur le changement climatiquecette année.

« Cette pirogue est un superbe exemple de la dextérité fidjienne ; elle illustre également la résilience de la culture ancestrale du Pacifique face aux effets néfastes du changement climatique », affirme Nick Nuttall, porte-parole de la COP23 et Directeur de la communication de l’ONU Changements climatiques.

État insulaire vulnérable, les îles Fidji subissent déjà les impacts du dérèglement climatique comme l’élévation du niveau de la mer et la survenue de cyclones plus violents. Veiller à l’application intégrale de l’Accord de Paris – principale mission à Bonn en novembre – va être déterminant pour la survie même de l’archipel.

« Nous avons besoin que cette COP23 accélère l’action climatique », poursuit Nick Nuttall de l’ONU Changements climatiques. « La conférence est une étape décisive sur la voie irréversible sur laquelle nous sommes engagés : celle d’un avenir à faibles émissions de carbone, celle sur laquelle nous devons continuer de cheminer ensemble, plus loin et plus vite. »

<« Le monde entier dans la même pirogue »

La drua a été livrée la semaine dernière au Centre de conférence international de Bonn (WCCB) qui est le cœur de ce qu’il convient d’appeler la zone « Bula » de la COP23, au sein de laquelle se tiendront les négociations officielles sur le climat.

Peniana Lalabalavu, chief coordinator for Fijian COP Presidency

« C’est un moment très émouvant », a déclaré Peniana Lalabalavu, Secrétaire adjoint rattachée au bureau du Premier ministre des Fidji et coordinatrice en chef de la présidence de la COP23. « La drua connecte la culture et les traditions fidjiennes à Bonn et aux négociations internationales sur le changement climatique. Cela symbolise le fait que les Fidji vont être le chef de file pour trouver des solutions, et donner un coup d’accélérateur à l’action climatique. »

« Lorsqu’il s’agit de changement climatique, la drua évoque aussi le fait que nous sommes tous dans la même pirogue. »

Deutsche Post DHL aide les Fidji et l’ONU

C’est le Musée national de la marine de la Grande-Bretagne, propriétaire de la drua, qui l’a faite transporter par l’entreprise de logistique internationale Deutsche Post DHL dont le siège est à Bonn.

« Le secteur de la logistique est un gros contributeur d’émissions de gaz à effet de serre », affirme Christof Ehrhart, responsable de la communication institutionnelle de DHL et du développement durable : « Nous sommes conscients que nous avons une certaine responsabilité. C’est la raison pour laquelle chez DHL il nous est apparu « naturel » d’offrir nos services aux Fidji pour convoyer la drua jusqu’à Bonn », ajoute Ehrhart./p>

Deutsche Post DHL, qui est un partenaire officiel de la COP23 auprès des Fidji et le l’ONU Changements climatiques, fournit d’ores et déjà des prestations de transports propres, ainsi qu’un espace à proximité de la zone de la conférence sur laquelle un bâtiment temporaire a été installé, et des places de stationnement pour vélos.

Symbole des talents fidjiens

Tandis que douze hommes déchargeaient avec d’infinies précautions la double coque de la drua de la remorque DHL, Steven Hooper s’est précipité vers eux pour leur donner un coup de main. Hooper, socio-anthropologue à l’Université d’East Anglia au Royaume-Uni, est spécialiste des arts du Pacifique.

« La pirogue est construite dans du bois dur tropical et il n’y a pas de métal à l’intérieur », explique-t-il. Elle est entièrement assemblée par des cordes de fibres de coco. Les coquillages qui y sont fixés sont des symboles utilisés par les élites pour renforcer leur statut social.

« Cette drua, appelée Adi Yeta, est l’incarnation de l’étendue des talents des Fidjiens et de leur ingénuité », poursuit encore Hooper.

Mais pour Monika Hörig, porte-parole de la ville de Bonn, la drua exprime aussi autre chose:

« Cette pirogue illustre la vulnérabilité d’un État insulaire comme l’archipel des Fidji, et l’exposition croissante aux effets du changement climatique de ces îles du Pacifique qui sont encore, pour beaucoup de personnes à Bonn, une destination de rêve. »