Communiqué de presse extérieur / 08 jan, 2018
Le coût des catastrophes naturelles a presque doublé en 2017 par rapport à 2016

Selon le réassureur allemand Munich RE, les catastrophes naturelles ont provoqué en 2017 nettement plus de dégâts que lors des cinq années précédentes, une grande partie ayant été causées par des phénomènes météorologiques extrêmes liés au changement climatique, tels que de violents ouragans, des inondations et des incendies.

L'an passé, les catastrophes naturelles ont causé pour 330 milliards de dollars de dommages, soit près du double du chiffre enregistré en 2016 (175 milliards de dollars) et le bilan le plus élevé de l'histoire après l'année 2011 (354 milliards de dollars).

Munich Re souligne que la tempête Harvey au mois d'août 2017 avec ses pluies torrentielles sur le Texas a causé à elle seule 85 milliards de dollars de dégâts.

Deux autres ouragans - Irma sur la Floride puis Maria dans les Caraïbes - de même que les imposants feux de forêts en Californie sont aussi relevés par l'étude comme ayant été particulièrement coûteux en terme de dommages.

En Asie, la mousson d'une rare intensité a causé la mort de 2.700 personnes et causé 3,5 milliards de dollars de coûts.

En Europe, les températures anormalement basses en avril dernier ont causé 3,6 milliards de dollars de pertes dans l'agriculture, dont seulement 650 millions couverts par les assurances.

Certaines de ces catastrophes "ont donné un avant-goût du futur", a commenté Torsten Jeworrek, chef de la branche réassurance de Munich Re. "Nos experts s'attendent à voir plus souvent ces événements se produire" a-t-il ajouté.

Les populations les plus pauvres sont invariablement les plus vulnérables aux impacts inévitables du changement climatique. Les gouvernements, de concert avec de nombreux intervenants, s'efforcent de faire en sorte que des assurances soient davantage accessibles et plus abordables.

Lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP23) de Bonn, en Allemagne, une initiative a été lancée dans le but d'assurer des centaines de millions de personnes vulnérables d'ici 2020 et d'accroître la résilience des pays en développement face au dérèglement climatique.

Pour en savoir plus sur cette initiative c’est ici