Article / 11 fév, 2018
Encourager la participation des femmes et des filles dans les sciences

Le 11 février est la Journée internationale des femmes et des filles de science, un jour qui nous rappelle qu’il faut s’efforcer d’améliorer l'accès des femmes à l'éducation scientifique et technologique et créer un environnement propice pour les femmes scientifiques et les techniciennes.

Malgré les progrès accomplis pour ouvrir de nouvelles opportunités, les femmes et les filles continuent d'être sous-représentées dans les domaines de la science, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques. La participation accrue des femmes à la science est essentielle pour relever les grands défis mondiaux tels que le changement climatique, notamment parce qu'elles contribuent à une meilleure compréhension des effets du changement climatique sur différentes communautés et aident à mettre au point une réponse plus efficace et durable à la menace climatique.

Les estimations de l'UNESCO suggèrent que seuls quelque 35% de tous les étudiants inscrits dans les filières scientifiques, la technologie, l'ingénierie et les mathématiques (STEM) sont des femmes. Il est également capital de combler les disparités entre les sexes en science pour atteindre les Objectifs de développement durable des Nations Unies et respecter la promesse de l’Agenda 2030 de « ne laisser personne de côté ».

À l'occasion de la 3e Journée internationale des femmes et des filles de science, la Secrétaire exécutive de l'ONU Changements climatiques, Patricia Espinosa, a déclaré: « Les femmes, source d’inspiration, ont apporté au cours des siècles des contributions essentielles et vitales au monde scientifique. De l'astronome du quatrième siècle, Hypatie, àm la mathématicienne iranienne Maryam Mirzakhani en passant par la chercheuse en pharmacie Tu Youyou en Chine qui a découvert l'artémisinine, médicament contre le paludisme, les femmes ont et continuent d’imprimer leur marque dans les domaines scientifiques et technologiques.

« De nombreuses femmes éminentes, du monde entier, ont également apporté leur point de vue unique au Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat de l'ONU. Ce faisant, elles ont fourni les preuves et l'impulsion sur lesquelles les gouvernements agissent dans le cadre de l'Accord de Paris sur le changement climatique pour faire face à l'un des grands défis de notre temps. »

« Pourtant, les femmes restent sous-représentées dans la science et l'ingénierie, privant l'humanité d'un catalyseur vital pour façonner un avenir meilleur pour les générations présentes et futures. La Journée internationale des femmes et des filles de science devrait célébrer leurs réalisations, mais plus encore. Elle devrait servir de déclic pour que toutes les nations et les institutions cherchent les moyens d'ouvrir réellement les portes à ce grand réservoir de talents. Et cela devrait commencer par plus d'encouragements, de soutiens et d'opportunités à l'école pour que les filles soient engagées dans la richesse des disciplines scientifiques et technologiques qui définiront notre avenir à tous. »

Selon une étude menée dans 14 pays, la probabilité pour les étudiantes d'obtenir un baccalauréat, une maîtrise et un doctorat dans un domaine lié aux sciences est respectivement de 18%, 8% et 2%, tandis que ces pourcentages sont de 37 %, 18% et 6% pour les élèves de sexe masculin. Une pleine et égale participation des femmes et des filles à la science peut jouer un rôle essentiel pour assurer la diversité de la recherche, élargir le bassin de chercheurs talentueux et apporter de nouvelles perspectives.

Dans sa déclaration, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a souligné l'importance de prendre des mesures concrètes et concertées pour surmonter les stéréotypes et les préjugés qui empêchent les femmes d’exprimer pleinement leur potentiel.

« Nous devons encourager et soutenir les filles et les femmes à réaliser pleinement leur potentiel en tant que chercheuses et dans l’innovation scientifique. Les femmes et les filles en ont besoin, et le monde en a besoin si nous voulons réaliser nos ambitions de développement durable sur une planète en bonne santé. »

Ce que fait l'ONU pour encourager la participation des femmes

L'ONU mène des efforts mondiaux pour inspirer et engager les femmes et les filles dans la science. Par exemple, grâce au projet STEM et égalité des genres (SAGA), l'UNESCO contribuer à réduire l’écart entre les hommes et les femmes en science, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM) dans tous les pays et à tous les niveaux de l’éducation et en recherche.

L'Organisation météorologique mondiale (OMM) encourage un plus grand nombre de femmes à devenir météorologues, hydrologues, climatologues et océanographes et développe les compétences des femmes en matière de direction grâce à des ateliers de formation et des conférences spécialisés.

Dans le cadre de la célébration de la Journée internationale des femmes et des filles de science 2018, l'OMM a publié un entretien avec quatre pionnières exceptionnelles qui ont brisé le plafond de verre et sont les premières femmes à diriger leurs instituts respectifs.

Cliquez ici pour en savoir plus sur les événements prévus à l'occasion de la Journée internationale des femmes et des filles de science 2018.