Communiqué ONU Changements Climatiques / 11 nov, 2017
COP23 Eau - Les financements doivent tripler pour atteindre les objectifs climatiques et ceux du développement durable

Bonn, Allemagne, 10 nov. 2017 – La majorité des plans climats nationaux avec une composante « adaptation au changement climatique », soumis dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat, donnent la priorité à l’eau ; pourtant, le financement nécessiterait d’être multiplié par trois pour atteindre 255 milliards d’euros (environ 295 milliards de dollars) par an pour atteindre les objectifs fixés.

C’est le message essentiel qu’a voulu faire passer la communauté internationale de l’eau vendredi, à l’occasion de la rencontre qu’elle a organisée lors de la COP23, la Conférence de l’ONU sur le Changement Climatique.

 « Une gestion durable de l’eau selon ses besoins doit demeurer un mode de vie ; celle-ci nécessite d’être au centre de l’édification de villes résilientes et de l’habitat humain, tout en garantissant la sécurité alimentaire dans un contexte de dérèglement climatique », a déclaré Mariet Verhoef-Cohen, présidente du Partenariat des femmes pour l’eau, et co-présidente de la plateforme sur les pénuries d’eau dans l’agriculture (WASAG).

La communauté internationale de l’eau a co-signé ce qu’elle appelle une « Déclaration de solutions fondées sur la nature », à l’ouverture de la Journée de l’eau, pour encourager à utiliser des systèmes naturels pour la gestion des approvisionnements en eau salubre.

L’eau a tendance à être une question locale mais les conséquences d’une gestion malavisée ont un impact mondial. Environ 40% de la population mondiale sera confrontée à des pénuries d’eau d’ici 2050, accélérant de ce fait les migrations et catalysant des conflits, tandis que d’autres régions pourraient perdre jusqu’à 6% de leur production économique, à moins que celle-ci ne soit mieux gérée.

Les obstacles à l’investissement et à l’accès au financement, indispensables pour faire face aux changements climatiques dans le domaine de l’eau, empêchent d’atteindre l’Objectif du développement durable numéro 6 (un accès à l’eau salubre et à l’assainissement pour tous), et mettent en péril l’objectif de l’Accord de Paris de contenir l’élévation de la température moyenne de la planète en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels et aussi proche que possible d’1,5°C.

« Impliquer les femmes comme les hommes dans les prises de décision et dans la gestion intégrée des ressources en eau conduit à une durabilité, une gouvernance et une efficacité optimales », a poursuivi Mme Verhoef-Cohen.

La communauté internationale de l’eau possède plusieurs réseaux dont #ClimateIsWater, l'Alliance Internationale pour l'Eau et l'Adaptation au changement climatique (AGWA), et les Alliances Mondiales pour l’Eau et le Climat (GafWAC-AMEC).

Les experts de la communauté de l'eau ont déclaré que les pays devraient passer de la parole aux actes, notamment en renforçant les efforts annoncés dans leurs plans climatiques nationaux - connus sous le nom de Contributions déterminées au niveau national.

L'eau doit devenir la grande priorité des politiques nationales et être intégrée dans d'autres grands secteurs tels que l'énergie, la sécurité alimentaire, la santé, l'éducation, ont-ils conclu.

 

Pour plus d’information, contactez:

Nicolás Eliades – nicolas@marcodecomunicacion.com

Cell: +34638475221

Selina Ashdown - selina@marcodecomunicacion.com